#StayHomeSolidarity

La contingence générée par COVID-19 affecte sérieusement l’accès à la nourriture et l’économie des personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile. Ceux qui vivent autour des terrains de décharge ou qui travaillent dans la gestion des déchets courent des risques particuliers. 

Transformons l’urgence sanitaire en un mouvement de solidarité. Nous avons besoin de votre soutien pour que les familles les plus vulnérables puissent se protéger sans compromettre leur alimentation quotidienne. Avec votre don, vous pouvez subvenir aux besoins alimentaires d’une famille de 6 personnes pendant une semaine. Dans une première étape, 130 familles seront assistées. 

Nous devons collecter le montant de 67 600 $ pesos pour effectuer une première livraison du soutien alimentaire. Vous pouvez faire votre don via PayPal ici.

Vous pouvez également le faire par virement bancaire ou virement électronique sur le compte Banorte au nom de Solidaridad Internacional Kanda, A.C.

Compte: 0629051135 / CLABE: 072-610-00629051135- 2

A continuation, nous partageons des informations plus détaillées.

1.- Qui est Sikanda?

Solidaridad Internacional Kanda (SiKanda) AC est une organisation non gouvernementale, non partisane et à but non lucratif d’Oaxaca, fondée il y a dix ans. Nous avons comme mission faciliter et diriger des processus participatifs de développement harmonieux et durable pour améliorer la qualité de vie des gens au Mexique. Nous sommes treize professionnels, collaborant avec d’autres organisations et collectifs à Oaxaca, partageant la conviction que grâce à la collaboration et à la solidarité entre différentes personnes et secteurs de la société, nous pouvons construire un monde plus juste et équitable. 

En 2009, SiKanda a commencé à travailler dans la région de Zaachila Oriente avec  la population qui travaille dans la récupération informelle des déchets dans le terrain de décharge municipale d’Oaxaca de Juárez dans le but de promouvoir la reconnaissance de leurs droits de travail et de renforcer leurs capacités, et ainsi d’améliorer leurs conditions de vie et travail. SiKanda est engagée dans des partenariats à long terme avec les communautés, travaillant à partir de l’apprentissage mutuel et de la participation active des gens. Au fil des années, en établissant une relation de confiance avec les participant(e)s, et en partant de leurs visions et de leurs besoins, SiKanda a élargi son domaine de travail en se concentrant sur d’autres problématiques, telles que l’inégalité entre les sexes, la malnutrition et la violence, entre autres. Aujourd’hui, nous avons 5 domaines de travail: Recyclage inclusif, Habitat durable, Routes vers l’équité, Communautés en mouvement et Jeunes visibles. Nous avons une présence à Oaxaca (Vallées centrales, Mixteca et Cuenca), Veracruz et Puebla. A Zaachila Oriente, nous travaillons avec quatre écoles primaires et deux secondaires, soit environ 700 étudiant(e)s, en plus d’avoir une équipe de jeunes leaders composée d’une quarantaine d’adolescent(e)s et un projet de quarante Femmes entrepreneures. Dans les municipalités de Huajuapan de León et San Lorenzo Cacaotepec, SiKanda collabore avec les personnes qui travaillent dans la gestion des déchets.

2.- Contexte

a) Données démographiques

A l’est de la municipalité de Villa de Zaachila, se trouve le terrain de décharge municipal qui reçoit près de 1,000 tonnes de déchets par jour d’Oaxaca de Juárez et des municipalités agglomérées. Bien que la municipalité compte une population de 43 279 habitants, plus de 15 000 personnes vivent dans la zone autour du terrain de décharge. À Villa de Zaachila, 76,1% de la population vit dans la pauvreté, dont 25,7% dans l’extrême pauvreté et 20,7% des ménages ont un degré d’insécurité alimentaire modéré ou sévère (CONEVAL 2010). Les quartiers qui composent ce que nous appelons Zaachila Oriente présentent de plus grandes lacunes par rapport au reste de la municipalité. Bien que l’indice de marginalisation de la municipalité soit moyen (CONAPO 2015), Zaachila Oriente a des quartiers telles que Vicente Guerrero et El Manantial qui sont considérées comme des zones de forte marginalisation. Ces carences s’expliquent en partie par le manque de services de base que présente la zone depuis son développement.

En 1980, le terrains de décharge publique de Villa de Zaachila a été ouverte par la municipalité d’Oaxaca de Juárez, créant des problèmes sociaux qui ont un fort impact à ce jour. La décharge a favorisé la croissance de Zaachila Oriente: des familles de migrant(e)s de toutes les régions d’Oaxaca, qui cherchaient à améliorer son économie, se sont établis près de la ville. Cependant, cette croissance démographique ne s’est pas accompagnée d’une reconnaissance officielle des nouvelles quartiers, ni de la création de services de base. Bien que de nombreux quartiers sont régularisées aujourd’hui, 82% de la population vit dans des maisons sans accès à tous les services de base tels que le pavage des rues, l’eau ou le drainage. En 2010, la municipalité comptait 3 unités médicales, avec un équipe de 19 personnes (CONEVAL 2010).

81,7% de la population économiquement active (PAE) de l’État d’Oaxaca vit dans un emploi informel. En d’autres termes, la majorité des personnes dans l’État travaillent sans aucun type de sécurité sociale. À Zaachila, 56,41% des femmes et 43,53% des hommes travaillent dans les services; 27,94% et 16% dans le commerce; et 11,75% et 30,88% dans le secteur secondaire (INEGI 2015). Bien que dans la région ou dans les municipalités voisines, il soit possible de trouver des emplois non ou semi-spécialisés, 28,73% de la population a seulement un ou deux salaires minimums comme revenu (le salaire minimum c’est 123.22 MXN pesos par journée de travail, qui fait donc de 2,500 à 6,000 de pesos mexicains par mois, soit environ 97 à 230 euros par mois). On estime que 60% des personnes travaillant dans le terrain de décharge sont des femmes. Sur le total, 70% ont un salaire précaire. 

b) Santé  et nutrition 

Les risques en termes de santé pour les familles qui vivent autour du terrain de décharge sont très particuliers. Les maladies respiratoires et diarrhéiques, les parasites intestinaux, les problèmes de peau causés par la contamination, entre autres, sont plus présents. Dans leurs espaces d’habitation, les familles sont exposées à la prolifération d’animaux et d’insectes qui peuvent transmettre des maladies. La population n’a pas accès à l’eau potable et il n’y a pas de système d’assainissement de base.

L’insécurité alimentaire est élevée, c’est-à-dire que la capacité économique des familles à obtenir des aliments sains, et suffisants est limitée. En revanche, il y a une faible disponibilité de magasins qui vendent des aliments nutritifs et qui sont accessibles. 

Le régime alimentaire de la plupart des familles est peu varié. Il est à base de haricots, riz, soupe de pâtes, omelette, pain, café, lentilles, entre autres, et très peu de fruits et légumes sont inclus. Parallèlement, l’exposition aux aliments industriels riches en calories, en sucres, en gras trans et en conservateurs augmente. Les enfants en particulier sont plus exposés à la consommation de ces aliments. 

Beaucoup de filles, de garçons et de jeunes obtiennent leur nourriture principale et plus nutritive dans les cantines scolaires ou communautaires qui opèrent normalement dans la région. Pendant cette éventualité sanitaire, les salles à manger sont fermées. 

Dans ce contexte, différents problèmes liés à la malnutrition sont présents. En collaboration avec l’hôpital Clínica del Pueblo, AC, un diagnostic de l’état nutritionnel a été effectué dans trois écoles primaires de Zaachila Oriente. Des mesures anthropométriques ont été prises pour 297 filles et garçons entre 6 et 12 ans: poids et taille, pour utiliser l’indicateur IMC / âge et Taille / âge. Les courbes de croissance de 5 à 19 ans de l’Organisation mondiale de la santé (OMS, 2007) ont été utilisées comme référence. Il a été observé qu’au moins 20 garçons et filles dans chaque école ont un problème de malnutrition important à régler. 

Les résultats en nombre de cas sont les suivants: 10 présentent une malnutrition aiguë; 28 malnutrition chronique ou un retard de croissance; 21 risque d’embonpoint; 7 en surpoids; et 1 obésité. 12 garçons et filles étaient positifs d’anémie et 2 risquent d’en souffrir. 

Les enfants, de par leur participation aux trois écoles, identifient que les maladies les plus fréquentes sont: l’estomac, la gorge, la grippe, les maux de tête et les douleurs articulaires, du genou, de la cheville ou du coude. De l’observation clinique, de nombreuses affections cutanées ont été notées, en particulier dans l’enfance de l’école primaire la plus proche de la décharge, ce qui peut être un signe de carence en nutriments et / ou lié à une contamination. 

Cette évaluation générale nous aidera à déterminer lesquels de ces 297 garçons et filles pourraient être les plus à risque pendant la contingence, pour que leur familles fassent partie des 130 familles bénéficiant de l’aide alimentaire.

3.- Pourquoi 130 familles? 

SiKanda collabore avec 6 écoles, et des groupes de femmes adultes à Zaachila Oriente, ainsi qu’avec des groupes de personnes travaillant dans la gestion de déchets dans les municipalités de Huajuapan de León et San Lorenzo Cacaotepec. Au total, elle se collabore indirectement avec plus de 500 familles.  L’équipe de SiKanda ont pu identifier différentes caractéristiques pour prioriser les 130 familles les plus vulnérables en cette période d’urgence sanitaire.  

Les 130 familles seront donc assistées pour différentes raisons: elles n’ont pas de salaire fixe, leurs activités économiques ont été affectées par la fermeture des écoles, elles sont dirigées par des mères célibataires, il n’y a pas de revenus du père et de la mère, elles vivent de la vente des jour, ils ont des problèmes de santé ou de malnutrition, entre autres. Par ces raisons, elles courent un risque plus élevé de manquer de nourriture pendant la contingence. 

4.- Combien de temps l’aide alimentaire durera-t-il?

Dans la première étape de la collecte de fonds, il est prévu de lever suffisamment de fonds pour pouvoir soutenir avec 1 dotation de nourriture suffisante pour la consommation d’une semaine pour une famille de 4 à 6 membres. 

Si la collecte de fonds réussit, le soutien pourrait être étendu à deux semaines supplémentaires qui pourraient couvrir les semaines les plus difficiles des mois d’avril et mai 2020.

5.- Qu’est-ce que c’est l’accompagnement en nutrition et santé publique?

Une spécialiste dans le domaine de la santé publique et de la nutrition collabore à SiKanda. Elle a conçu le contenu et la quantité de la dotation de nourriture, en fonction des conditions d’urgence que nous connaissons et des besoins des familles. 

L’accompagnement consiste en contrôler le processus de livraison aux familles, et qu’il soit conforme aux mesures sanitaires pertinentes. Un protocole a été conçu qui comprend des actions de sécurité et d’hygiène pour éviter le risque de contagion, tant pour les familles que pour l’équipe qui réalise les actions liées au soutien alimentaire. 

Dans le même temps, les familles seront accompagnées à distance, à travers des supports clairs et précis, et des actions de soins qu’elles doivent mener en fonction de leur réalité. De même, elle répondra aux questions liées au COVID-19 et à l’alimentation familiale. En outre, la spécialiste fournira également des conseils sur les stratégies permettant de tirer le meilleur parti possible des aliments auxquels les familles ont accès. 

6.- Que comprend ce don?

Outre le soutien alimentaire, le don couvre les frais d’emballage, de stockage, de transport et de logistique pour les livraisons, le suivi du spécialiste de la santé publique et de la nutrition, la communication avec les familles et avec les personnes qu’elles accompagnent.

7.- Quelle est le contenue de l’aide alimentaire? 

Le soutien consiste en la livraison de produits alimentaires de base: haricots, lentilles, riz, huile de cuisson, légumes en conserve, sucre, sel, thon, lait pasteurisé en tetrapack, soupe de pâtes, savon pour les mains et papier toilette. 

8.- Quel sera le processus d’achat? 

L’achat sera coordonné avec des fournisseurs et magasins d’origine Oaxacan pour soutenir l’économie locale. 

9.- Quel sera le processus de livraison?

Certaines familles seront appelées au Centre Communautaire de l’agence Vicente Guerrero à Zaachila Oriente. Un petit nombre de personnes sera cité pour chaque horaire, afin de ne pas provoquer de groupes importantes. Les mesures de saine distance seront prises dans lesquelles nous serons chacun à deux mètres. La présence d’un seul membre par famille sera demandée. 

Les personnes de SiKanda porteront un équipement de protection individuelle. Le gel désinfectant antibactérien sera à la disposition de tous. L’aide alimentaire sera à l’intérieur des sacs plastiques, désinfectées avec une solution d’eau chlorée recommandée pour éliminer le virus COVID-19.

Pour les familles qui se trouvent dans des zones plus éloignées du Centre Communautaire ou qui ne peuvent pas se mobiliser facilement, le paquet sera apporté directement à leur domicile. 

10.- Si j’ai d’autres questions, qui puis-je contacter?

María Rodríguez, assistante d’évaluation des programmes, [email protected]

Alejandra Maldonado, Mtra. en santé publique, 
Assistant de programme SiKanda, [email protected]   

Eduardo Sánchez, Coord. SiKanda Communication, [email protected]